Alliance avec le côté obscur de la Force

Portrait de st-creative@arte.tv
ARTE Creative
vader.jpg

Le 17 décembre, la sortie au cinéma du Réveil de la force redonnera vie à la saga Star Wars après dix longues années d’attente. Mais n’allez pas croire que Dark Vador et son sabre laser ont dormi pendant tout ce temps : l’Empire est de nouveau en marche, et il compte de nombreux alliés dans les cercles politiques et la société civile.

Pour beaucoup, ce nouvel épisode est un peu comme si Noël et Pâques tombaient à la même date – un événement historique qui va s’intégrer à la mémoire collective d’une immense communauté de fans : plus que quelques jours avant que les X-Wings et les vaisseaux TIE vrombissent dans les salles obscures, se livrant de nouvelles batailles cosmiques. En Allemagne, s’il faudra attendre le 17 décembre pour assister au réveil de la Force, les préventes battent déjà des records. Plus de 550 000 places de cinéma ont déjà été achetées, et le marché des produits dérivés explose. Mais ce serait sous-estimer la puissance de la Force que de penser qu’il s’agit uniquement d’une gigantesque machinerie commerciale ! L’Empire a aussi des pions dans le monde politique et la société civile. Si les premiers épisodes de la saga s’inspiraient ouvertement de la géopolitique de l’époque et notamment de la guerre froide, aujourd’hui, c’est l’inverse : la Guerre des Étoiles ne se déroule plus "dans une galaxie très lointaine" – elle s’est muée en idéologie politique et s’est même imposée en tant que nouvelle religion.

L’Empire a désormais sa base opérationnelle en Ukraine. Depuis longtemps déjà, Dark Vador essaie de prendre le pouvoir dans le pays. Et les méthodes du Seigneur noir sont tristement célèbres : en 2013, ses troupes lui ont ouvert les portes de la mairie d’Odessa, où il s’est autoproclamé maire de la ville. L’année 2014 l’a vu devenir candidat à l’élection présidentielle, face à Petro Poroschenko, son principal adversaire. Il a annoncé qu’il voulait transformer la République en Empire. Lors des élections communales, en 2015, son ami et chauffeur personnel Chewbacca a fait parler de lui en s’attaquant aux pouvoirs publics, qui l’ont incarcéré – une scène dont le ridicule atteint des sommets.

Dans sa course au pouvoir, le Seigneur des Sith met évidemment à profit la puissance d’Internet. Ses nombreuses vidéos de campagne le montrent sous un jour moins obscur : par exemple en train de jouer de la harpe dans une prairie bucolique, ou encore prêtant main forte aux agriculteurs, manœuvrant une charrue qui porte l’effigie de l’Étoile de la Mort. Pas étonnant, alors, que la population lui témoigne un soutien de plus en plus indéfectible : pas moins de 25 000 citoyens ont signé une pétition en faveur de l’accession de Dark Vador au rang de premier ministre. Et son père spirituel, l’Empereur Palpatine, a déjà réussi à s’assurer un siège au conseil municipal d’Odessa.

Pour le Seigneur noir, cela ne fait aucun doute : l’Empire progresse. Quelques semaines avant l’action, toujours à Odessa, une statue de Dark Vador a été érigée en son honneur – à la place d’une statue de Lénine. Mais les avancées de l’Empire ne se font pas sentir qu’en Ukraine. Le gouvernement américain a lui aussi dû faire face à une pétition réclamant la "fortification" de l’Étoile de la Mort. Une situation fidèle à la logique de Star Wars : dans son état actuel, l’Étoile de la Mort pourrait être détruite par un seul homme aux commandes d’un vaisseau spatial. Mais l’Empire a tiré les conséquences du passé : désormais, il prête attention aux moindres détails. Et s’intéresse même à la mode. En effet, les jolis uniformes de l’Empire ne sont pas pour déplaire aux autorités bavaroises, qui se sont empressé de doter leurs policiers d’une armure leur permettant de se glisser incognito dans n’importe quelle convention Star Wars.

Mais comment expliquer que le côté obscur de la Force exerce une telle séduction au sein de la société civile ? Les fans auraient-ils oublié qu’autrefois, l’Empire a fait exploser une planète entière ? Sans parler des persécutions dont sont victimes les Ewoks, gentils petits habitants de la lune d’Endor, qui, dans les derniers épisodes, donnaient quelques indices sur la direction que prendrait la saga Star Wars. Mais il y a encore une lueur d’espoir ! Enfin, une lueur de foi : car – qui l’eût cru ? – le culte des Jedi est depuis longtemps devenu religion. Si ses adeptes n’ont pas encore réussi à faire léviter des objets par la seule force de la pensée, ils sont si nombreux qu’ils pourraient aisément se mesurer aux sympathisants de l’Empire. En 2001, un recensement effectué en Grande-Bretagne a établi que 400 000 personnes se réclamaient du Jediisme – en dépit de La Menace fantôme, épisode le plus critiqué de la saga. Si cette statistique ressemble à une vaste plaisanterie, précisons que l’Église du Jediisme existe bel et bien, et qu’elle compte 200 000 pratiquants dans le monde entier. Des écoles proposent déjà des cours de sabre laser, discipline en passe de devenir un art martial. On le savait depuis longtemps : au regard d’une telle dualité, Star Wars allait forcément donner naissance à une religion. Il n’est donc pas étonnant que ce nouvel épisode paraisse en pleine période des fêtes : les produits dérivés inondent le marché, et Han Solo et la Princesse Leia trouvent une place de choix autour de l’Enfant-Jésus, au pied du sapin. Aujourd’hui, on fête Star Wars comme on fête Noël.

Matthias Röck

Liens
Interview avec Dark Vador
• Dark Vador dévoile sa statue à Odessa

Autres Vidéos de campagne :
Clip avec Dark Vador et ses troupes
• Dark Vador prends le contrôle à Odessa
Dark Vador et ses troupes rendent hommage aux cosaques
 

Commentaires (0)

Les plus vues de la semaine