DIALECTOR, en conversation(s)

dialector

DIALECTOR est une création informatique de Chris Marker permettant de converser avec l’ordinateur. Agnès Varda, Marina Vlady, Catherine Belkhodja, Thoma Vuille, Arielle Dombasle et Louise Traon ont tenté l’expérience sous la houlette d'Agnès de Cayeux, Annick Rivoire et André Lozano. Réalisé par Damien Bourniquel.

« DIALECTOR était une ébauche de programme, interrompu lorsqu'Apple a décidé que programmer était réservé aux professionnels. Il en reste des bribes, probablement incompréhensibles, ainsi qu'un spécimen de dialogue. L'original est quelque part sur des disquettes 5.25 illisibles aujourd'hui. Il est certain que si j'avais pu continuer au rythme de quelques lignes par jour, le programme aurait sans doute une réserve de conversation plus riche. »

Chris Marker, 2010

 

DIALECTOR est un programme informatique développé par Chris Marker aux débuts de l'informatique personnelle, de 1985 à 1998. Ecrit en langage Applesoft Basic sur un Apple //, conservé sur une disquette obsolète, DIALECTOR, sous-titré The Second Self, proposait un dialogue avec la machine. Plus de deux décennies après, Chris Marker nous confiait la disquette 5.25 : « Traduire Applesoft Basic en langage machine d'aujourd'hui est probablement inimaginable - cela aura été une de mes spécialités, de créer dans l'introuvable. »

C'est l'histoire d'une disquette, d'un homme, ses écrans, ses machines et langages. C'est notre histoire aussi, celle de l'informatique et celle de la pensée : la machine pense-t-elle ? Et ailleurs, l'histoire de ce rêve inachevé des années 1980, cette utopie développée autour de l'intelligence artificielle (i.a.).

Nous sommes en avril 2012, et sur un vieil Apple //, la disquette 5.25 est lisible. Si le programme DIALECTOR s'exécute, il s'arrête à la troisième ligne de commande sur une image de chouette. Après extraction du contenu de la disquette, tous les fichiers sont intacts, plus de vingt années après leur écriture. Nous les éditons au format texte et les adressons le jour même à Chris Marker, comme il le souhaitait.

Nous sommes en juillet 2013, le programme DIALECTOR s'exécute sur nos ordinateurs. Il est réactivé. Nous avons lu et relu les lignes de code, nous avons supprimé une seule de ses lignes, celle qui bloquait le programme sur l'image de la chouette. DIALECTOR est signé d'un virtuose de l'informatique. Pour le reloader, nous avons travaillé informatiquement et donc techniquement à la traduction du langage AppleSoft Basic en langage machine d'aujourd'hui. Nous tentons de saisir l'algorithme markérien, sorte de détournement insensé, poétique et vertigineux de la logique froide dictée par la Technique Informatique.

C'est une histoire à présent imaginable, celle de la possibilité de jouer avec DIALECTOR par-delà le temps passé. Petit miracle dans l’univers impitoyable de l’obsolescence numérique programmée. Mais un programme n'est pas un programme, un film n'est pas un film... Surtout, son auteur n'est plus là pour nous guider. Nous avons souhaité mener une recherche auprès des complices de Chris Marker, les complices des écrans, les complices des machines, les complices du chat, et les autres.

DIALECTOR, en conversation(s) est une enquête. Son protocole est simple. Chaque complice est d'abord invité à discuter avec le programme, là, devant l'écran d'un ordinateur, seul. Une invitation de quelques minutes ou quelques heures à converser avec une machine, complice et libre de tout imaginer, d'aimer ou de rêver. Puis, nous enregistrons les perceptions, les émotions, les ressentis. Que vous découvrez petit à petit, au rythme de nos rencontres, en séquences singulières et, nous l'espérons, éclairantes. C'est une mission imaginable, celle de trouver dans l'introuvable de Chris Marker une informatique anachronique, une vision numérique amortelle, un monde matriciel possible, une irrésistible ascension de la chouette… Et de relire en boucle L'Invention de Morel de Bioy Casares, préfacé par Borges en 1940.

Agnès de Cayeux, Annick Rivoire, André Lozano
 

Dialector, en conversation(s), Thoma Vuille M. CHAT et Louise Traon
Thoma Vuille M. CHAT est le street artiste auteur des chats jaunes souriant sur les toits de nos villes, que Chris Marker a « chassés » dans Chats perchés (2004). Louise Traon est non seulement sa compagne, vidéaste réalisatrice, mais également la petite-fille de Jacques Loiseleux, qui a participé au projet Slon. Tous deux font partie de la génération des jeunes artistes que Chris Marker a soutenus.

Chris Marker 14

6 min

Chris Marker 14, par admin

Dialector, en conversation(s), Catherine Belkhodja
Catherine Belkhodja, « voyageuse du temps » au côté de Chris Marker pendant une trentaine d’années, est la figure centrale de l’installation Silent Movie (1995), où selon Bill Horrigan elle est « une sorte de voyageuse du temps cinématographique, projetée dans l’univers monochromoatique du cinéma muet pour lui dérober ses secrets » et l’unique interprète de Level Five (1996). « Dans ces cas-là, disait Chris Marker, on a intérêt à ne pas se tromper. » « Mais, ajoutait -il avec sa modestie habituelle, « comme je ne me trompe jamais ».

Chris Marker 15

6 min

Chris Marker 15, par admin

 

 

Dialector, en conversation(s), Marina Vlady

 

Marina Vlady, actrice, romancière, chanteuse, a tourné avec les plus grands (de Godard à Marco Ferreri en passant par Orson Welles ou Ettore Scola) comme les plus populaires des cinéastes (Jean Yanne, Jean-Marie Poiré), joué sous la houlette de Robert Hossein (l’un de ses célèbres maris), chanté et porté sur scène la voix du poète russe Vladimir Vyssotski, s’est engagée à de multiples reprises (elle a été signataire du manifeste des 343 salopes pour le droit à l’avortement en 1971). Sans doute l’une de ses plus proches et anciennes amies.

Chris Marker 24

6 min

Chris Marker 24, par admin

 

Dialector, en conversation(s), Agnès Varda
Agnès Varda, cinéaste, est une amie de très longue date de Chris Marker, depuis 1954, lorsqu’Alain Resnais montait son premier film, La Pointe rouge (1955). Si elle n'a pas cédé aux sirènes technologiques de Chris, elle n'en a pas moins accompagné Chris et son chat Guillaume-en-Egypte dans Second Life, pour en évoquer les facéties dans Les Plages d'Agnès (2008).

 

Chris Marker 23

6 min

Chris Marker 23, par admin

Dialector, en conversation(s), Arielle Dombasle

 

Actrice, chanteuse, réalisatrice, Arielle Dombasle a travaillé sous la direction des cinéastes les plus exigeants et les plus populaires, de Claude Zidi à Raoul Ruiz ou encore Eric Rhomer. Elle est l’une des muses de Chris Marker, qu’elle a accompagné sur certains projets et embarqué dans les siens : elle chante et joue dans "Sans Soleil" (1983), passe par une salle d’arcade dans "Tokyo Days" (1988), elle l’invite à évoquer son « premier désir » dans "La traversée du désir" (2010) et le nomme « conseiller artistique » pour ses "Pyramides bleues" (1988). C’est sous son influence, dit-elle, qu’elle poussera la porte de l’Ircam dans les années 1980 pour "aller chanter avec la machine génératrice de sons", en l’occurrence l’un des premiers synthétiseurs, le 4X.

Chris Marker Arielle Dombasle

6 min

Chris Marker Arielle Dombasle, par admin

Lien :
Slon

 

Réactualisé le

22.08.2014

Vues

2 848

Favoris

2

Commentaires

Ajouter un nouveau commentaire

A propos de Chris Marker

Suivi par : 16 personne(s)
RSS
A travers une série de 5 publications, en faisant un détour par le street art et le travail de Marker avec M. Chat, découvrez sur ARTE Creative une partie de l'oeuvre la plus récente et la moins connue de Chris Marker, celle qui utilise notamment les nouvelles technologies et la forme courte.

Les abonnés

Les autres séries

Nouveau dans le labo