Atelier A - Bernard Moninot

L'atelier A : Bernard Moninot

Atelier A

Avec Antichambre, projet au long cours dont l'histoire, recensée dans des carnets, s'est écrite et dessinée pour prendre forme, le mot silence, prononcé, devient sculpture, sur la trame d'un sonogramme. Faisant "advenir la forme", Bernard Moninot se fait, comme dans l'ensemble de son œuvre, le récepteur de l'imagination de la réalité.

Si Antichambre commence par un songe – l'atelier vide "bruissant de rumeurs", des sculptures de silence d'un artiste inconnu – immédiatement consigné et source de réflexion, c'est lorsqu'il fait écho, plus tard, à l'occasion d'un montage sonore, avec l'apparition du silence, sous la forme d'un mot puis de son sonogramme – c'est-à-dire la traduction des fréquences qu'il émet lorsqu'il est prononcé – que le projet prend forme. Car à l'origine de toutes les œuvres de Bernard Moninot il y a "la présence, en même temps qu'une trace, d'un phénomène (lumière, son, vent) qui introduit du présent" et dont l'artiste relève la forme. Avec Antichambre, celle non pas du silence mais du mot silence prononcé ; au travers de la collection des quelque 800 pièces qui composent La Mémoire du vent, les lignes tracées par des végétaux dans le vent. Autant d'instants immobilisés par l'artiste qui revendique sa fonction obligée de fabricant d'outils et d'instruments destinés à, dans un "dessin élargi", faire advenir la forme en déléguant à la nature toute la créativité. 

Atelier A : Bernard Moninot (version longue) 

Le site de Bernard Moninot

Commentaires (0)

Les plus vues de la semaine