BiTS - Gore

BiTS - Gore

Portrait de st-creative@arte.tv
ARTE Creative

Et si le gore, le "splatter", l'étalage de viande du cinéma d'horreur nous racontait une Histoire avant tout politique ? Découpons les morceaux ensemble.

De la soit-disant "pornographie" des origines au film d'auteur contemporain, le gore, genre horrifique aux effets dégoulinants, a accompagné une mutation sociale en puisant dans l'esprit anarchiste de la fin du XIXème siècle. Découpons ses morceaux ensemble.

Auteur de « Le Cinéma gore, une esthétique du sang » (édition du cerf), Philippe Rouyer rappelle l’influence lointaine que le Grand Guignol et ses médecins fous a pu avoir sur le classique de George Franju, Les Yeux sans visage. Il évoque également les subtilités du système de censure américain qui a permis aux films gore d’exister au niveau local, à l’inverse de la France.
 

 

À voir, à lire :
• Selon certains critiques comme Jean-Baptiste Thoret, l'assassinat de JFK filmée en direct par amateur signe le début du cinéma gore.
• Longue analyse : trouble entre genre gore et touches gore.
Difficle de passer à côté de Hershelle Gordon Lewis, décédé en septembre dernier et auteur du premier film gore dans les années 60.
• Au travers de la recension du cycle gore du festival du Neufchâtel, Julien Bono retrace l'histoire du gore.

Commentaires (0)