visuel.jpg

Bouquet final

Portrait de st-creative@arte.tv
ARTE Creative

Dépressifs et hypersensibles, tenez-vous éloignés de cette vidéo, car tout est permis sur Internet même l’impensable. Chris Hueb le sait, et il en profite pour gâcher votre journée en jouant un tour des plus pendables.
 


 

Ce dernier a en effet décidé, dans un élan de sadisme exacerbé, de terminer les films Pixar immédiatement après leur séquence la plus triste.
Ainsi Sulley, le monstre hirsute aux poils couleur azure ne retrouvera jamais la petite Boo. La porte donnant accès à notre monde ayant été broyée, le générique tombe tel une guillotine, afin de couper court à nos espoirs.
 


Sans surprise, la suite ne va pas en s’améliorant. Jessie la cowgirl Yodlante et Marlin le papa du petit Nemo se retrouvent condamnés à l’abandon et à la solitude éternelle, alors que Vice et Versa se conclut sur la disparition de l’attachant BingBong.
Un supplice certes, mais un supplice dégoulinant d’humour noir. Car on ne peut finalement s’empêcher de sourire face à la violence de l’effet provoqué par le contraste entre la scène tragique à laquelle on vient d’assister et le générique de fin aux harmonies guillerettes.


 

Il ne faut pas oublier que le jeune Chris Hueb avait déjà fait parler de lui à cause de son fétichisme pour les fins prématurées. Dans la série If Movies Ended When Someone Said the Title, et comme son nom l’indique, les crédits de fins déboulent brusquement lorsqu’un personnage prononce malencontreusement le titre du film.
Encore une fois, le monteur démoniaque joue avec nos nerfs, en utilisant un effet de montage classique, mais qui à l’accoutumée laisse supposer une suite qui ici ne viendra jamais.

Et ce dernier achève de troller les Internautes avec If Trailers for 2016 Best Picture Nominees featured Nickleback qui imagine ce que seraient les bandes annonces des nominés dans la catégorie « Meilleur Film » aux Oscars, étaient accompagnées de la musique de Nickelback, un des groupe le plus haï du monde.


Et si vous aussi vous ressentez une attirance indicible envers les fins de films, n’hésitez pas à vous jeter sur la série How It should Have Ended, qui revient sur les films les plus populaires du 7ème art afin de remettre en question leurs conclusions pour en proposer de nouvelles, plus logiques.


Nicolas Wan

Commentaires (0)

Les plus vues de la semaine