Atelier A. #59 : Prune Nourry

L'Atelier A : Prune Nourry

Portrait de Atelier A
Atelier A

Nous avions rencontré Prune Noury à l'occasion de la soirée performance Dîner. Prune Nourry convie ses participants à fabriquer leur progéniture idéale. Délirante ou prophétique, l’œuvre drolatique et grinçante de la jeune artiste française explore les fantasmes, les dérives et les ressources de la société contemporaine.

L’univers de Prune Nourry se compose de personnages et d’instruments bien étranges : embryons, fœtus, bébés mutants à tête d’animal, bar à sperme et autres outils de puéricultrice. Se penchant sur les mythes et les modes de la procréation, l’artiste revendique la dimension sociale et éthique de son travail pluridisciplinaire. Initié en Inde en 2009, le projet Holy Daughters évoque le fléau de la sélection des sexes : si l’aspect monstrueux du bronze représentant une fillette accroupie à tête de vache sacrée peut prêter à sourire, sa résonnance culturelle, notamment lorsque l’artiste insère la sculpture dans les rues de Calcutta, crée une empathie forte et une prise de conscience immédiate chez le spectateur interdit. Le projet s’ancre dans la durée et s’étend aujourd’hui en Chine avec les Terracotta Daughters. Orchestrée et mise en scène par la vidéo et la performance, la sculpture constitue le médium de prédilection de Prune Nourry et le moyen tangible de personnifier l’homme en devenir, un être en détresse et paradoxalement porteur d’espoir.

Pour son projet Genesis, Prune Nourry, se penche sur la question de l’identité sexuelle. En collaboration avec deux danseurs et un musicien, elle explore le mythe de la Création et le contraste entre religion et sexualité à travers la vidéo. Prune invite aussi la performeuse Katsuni à réinterpréter la sculpture baroque italienne sur une barre de pole dance.

Avec Contemporary Archeology, Prune Nourry transforme l'espace de la galerie Daniel Templon en recréant l'expérience d'un site archéologique contemporain. Le visiteur est invité à un parcours immersif dans un espace transformé par la terre et différents matériaux de création. Il y rencontre à la fois les œuvres – sculptures de terre cuite, de bronze, photographies - et les étapes du processus créatif de l’artiste, devenues des œuvres en soi : film, installation renvoyant aux coulisses de l’atelier.

Liens :

Expositions :

Exposition personnelle, 12 janvier - 4 mars 2017, Galerie Daniel Templon, Bruxelles, Belgique

Exposition personnelle, France, 18 avril - 18 septembre 2017, Musée Guimet, Paris, France

 

 

 

Commentaires (0)

Les plus vues de la semaine