visuel.jpg

L'arme à l'oeil

Portrait de guillaume.arlen@arte.tv
ARTE Creative

Grâce à une accessibilité quasi-instantanée des données, Internet s’est imposé comme le royaume de la débrouille et du DIY, permettant à tout un chacun d’obtenir haut la main son diplôme d’ingénieur du dimanche.




Dans ce cadre, il était inévitable que les fanboys exaltés se fassent remarquer. Grâce au DIY ("do it yourself", fais-le toi même) le geek désargenté atteint de collectionnite aiguë peut se sevrer en fabriquant lui-même des armes iconiques issues du cinéma, des séries ou encore du jeu vidéo.
Et sur ce marché, quatre principaux protagonistes se partagent les millions de vues.

Le canadien Hacksmith est le dernier de la portée. En surfant de manière opportuniste sur la sortie du dernier épisode de Captain America, grâce à la reproduction IRL du célèbre bouclier étoilé du boyscout le plus musclé de la planète, Hacksmith a su tirer son épingle du jeu et réitère aujourd’hui en fabricant l’épée psionique de Psylock, personnage issue de l’univers de X-men.



De son côté Sufficiently Advanced suit le même procédé et profite encore une fois de la déferlante de super héros au cinéma, faisant montre de ses capacités techniques pour fabriquer un marteau de Thor doté des mêmes particularités que l’original et enchainant sur la seule réplique du sabre laser de Star Wars qui puisse blesser.
Vient ensuite Adam Savage, maquettiste pour le cinéma et célèbre animateur de l’émission Mythbuster. Par l’intermédiaire de la chaine Tested, ce bricoleur de génie et fan de Blade Runner reproduit les objets les plus célèbres du septième art dans sa série Inside Adam’s Cave ( Dans la cave d’Adam).



La chaine AWE quant à elle ne propose pas moins de trois séries basées sur la reproduction d’objets cultes. Man At Arm subjugue les foules en dévoilant la fabrication d’armes forgées, DIY prop shop se spécialise dans la fabrication d’accessoires et d’armes tandis que Super Fan Builds se concentre sur le tuning d’objets de la vie quotidienne façon geek.



En définitive, plus que du simple "fan service", ces vidéos mettent en avant un phénomène contrecarrant les plans de récupération du marché geek par les consortiums en proposant une alternative à l’achat en ligne, beaucoup moins onéreuse et intellectuellement plus stimulante.

Nicolas Wan

 

 

Commentaires (0)

Les plus vues de la semaine