Atelier A - Simon Ripoll-Hurier

L'atelier A : le "Dreamland" de Simon Ripoll-Hurier

Portrait de Atelier A
Atelier A

Où se situe le point de basculement à partir duquel une œuvre prend son autonomie, donne l’impression de ne pas avoir été fabriquée ? La réponse de Simon Ripoll-Hurier : Dreamland, dix musiciens composant et enregistrant la mise en musique du rêve de l’un d’entre-eux. Pop-philosophie 24 h chrono.

Dix musiciens, enfermés dans un studio d’enregistrement... Sympathy for the Devil ? Simon Ripoll-Hurier va au-delà, explorant un principe selon lequel "l’enregistrement d’activités permet de faire émerger des formes non produites intentionnellement en tant que telles. Cette activité banale du musicien devient le sujet du travail dont la forme sera un effet secondaire". Ainsi, parti d’un échange de Simon Ripoll-Hurier avec le philosophe Bruno Latour, Dreamland n’est pas l’histoire de l’apparition de la chanson, mais de ce qui émerge dès lors que l’on filme sa conception. Avec en questionnements de fond, comme dans l’ensemble du travail de Simon Ripoll-Hurier, le réel et la représentation, l’idée de faire parler des images, de rendre visible du sens. Il s'agit ainsi,  en partant de la comédie musicale, de s’interroger sur les questions de gestion des flux et de la production de visions du monde ... avec souvent, héritage post conceptuel assumé, une mise en tension sur les processus et protocoles mis en place pour produire une forme.

Atelier A : Simon Ripoll-Hurier (version longue)

Atelier A version longue - Simon Ripoll-Hurier Atelier A version longue - Simon Ripoll-Hurier Atelier A version longue - Simon Ripoll-Hurier

 

Liens:

Le site de Simon Ripoll-Hurier 
Dreamland sur YouTube  

 

Commentaires (0)