Atelier A - Melik Ohanian

L'atelier A : Melik Ohanian joue avec les dimensions du temps

Portrait de Atelier A
Atelier A

Pour sa dernière (double) exposition, intitulée Stuttering ("bégaiement") à la galerie Chantal Crousel et à la Douane (Paris), Melik Ohanian nous invite à croiser et à recroiser les micro-histoires avec la grande Histoire, tout comme les cartographies secrètes avec la géographie officielle. En plein montage d’exposition, il évoque son processus de travail.

Malgré leur abord parfois mystérieux d’œuvres "conceptuelles", les travaux de Melik Ohanian recèlent en réalité un contact presque tactile, ou pour le moins sensible, avec les histoires et les spectres qu’ils se proposent de réanimer. Qu’il s’agisse des voix étouffées du génocide arménien ou des ouvrières britanniques de l’armement durant la Première Guerre mondiale, les catégories de la sculpture et de l’installation sont toujours déjouées au profit de dispositifs critiques – sortant le spectateur d’une appréhension innocente pour impliquer pleinement sa subjectivité.

Des collisions futures entre la Voie lactée et Andromède aux coquillages utilisés comme monnaie d’échange dans les civilisations anciennes d’Afrique et de Chine, en passant par les jardins botaniques de Palerme, Melik Ohanian multiplie les possibilités d’habiter le temps et l’espace. Il démontre que nul horizon universel ne saurait exister sans le privilège du particulier, du détail a priori insignifiant qui en réalité modifie profondément le cours du voyage. Mais ces expériences géographiques sont bien loin de se limiter à de simples représentations symboliques ou fantasmées.

Elles sont le fruit non seulement d’une approche de terrain méthodique, ou d’artiste-ethnographe, et qui plus est d’un engagement politique sans ambiguïté. Témoin sa participation finalement avortée à la 10e Biennale de Sharjah (Émirats Arabes Unis). Il réalisa à cette occasion un dispositif vidéo complexe (un double travelling diurne/nocturne de 42 minutes à travers les camps d’hébergement des travailleurs émigrés de Sharjah) à l’efficacité lapidaire bien que trop sensible pour les autorités locales.


Morad Montazami

 

Atelier A : Melik Ohanian (version longue)

 

Liens:
• Le site de Melik Ohanian
• Lauréat du Prix Marcel Duchamp 2015: 
vidéo et entretien sur son exposition Under Shadows
• Galerie Chantal Crousel

 

 

Commentaires (0)