Die Idee des Jahres - 4 : O phone

L'idée de l'année : Hoverboard, SMS parfumé et vélo au format sac à dos

Portrait de st-creative@arte.tv
ARTE Creative

ARTE Creative collectionne les idées de l’année. Nous vous présentons chaque mois dix idées décalées, radicales et particulièrement innovantes. Une idée en vidéo, neuf idées sous forme de texte. Nulle chimère ni utopie, mais des œuvres, produits et services tout à fait concrets issus de l’économie de l’art, de la culture et de la création. Et vous pouvez participer : écrivez-nous (#ideedelannee) pour nous dire quelles idées vous ont particulièrement impressionné cette année !

41. "oPhone"

L’ère de la communication olfactive est née. Un nouveau téléphone intelligent baptisé "oPhone" permet de partager ses impressions avec ses contacts non seulement par les mots et les images, mais aussi par les odeurs. Grâce à l’application oSnap, on peut transmettre quelque 30 000 arômes et ce, tout simplement par SMS. "Aujourd’hui, une odeur en dit plus que mille images", clame l’inventeur de cette technologie. David Harward est professeur à la prestigieuse université américaine Harvard et directeur du Laboratoire, un centre de recherche où étudiants, artistes, scientifiques et designers ont créé près de 300 000 odeurs. "Au début, beaucoup de gens pensaient qu’on ne pourrait jamais produire un arôme à partir d’une émotion", confie Antoine Mahy, qui a participé au projet, "mais quand ils ont compris que nous étions sérieux, ils se sont mis à associer diverses situations aux odeurs". La version actuelle de l’oPhone comporte quatre puces qui peuvent mélanger 32 senteurs différentes. Deux tubes qui ressemblent à des haut-parleurs génèrent le parfum envoyé au destinataire. Ainsi, les émotions passent aussi par l’odorat. Les premiers prototypes de l’oPhone sont d’ores et déjà disponibles.

42. "Le Giphoscope"

Quand le numérique inspire le monde réel : voici le "Giphoscope", le premier lecteur de GIF analogique du monde. Présenté au Kikk Festival 2014 de Namur (Belgique), le "Giphoscope" est une sorte de sculpture interactive conçue avec patience, passion et entièrement fabriquée à la main par Alessandro Scali et Marco Calabrese, en Italie. Le dispositif transforme les GIFS et les clips vidéo en de véritables œuvres d'art qui semblent avoir été peintes. A l’image du "flipbook", inventé dans les années 1890 par Herman Casler, le "Giphoscope" fait défiler une séquence de 24 images fixes sur un système rotatif, activable à l’aide d’une poignée. Ainsi, la technologie du XIXème siècle est directement associée à celle XXIème : la vidéo numérique défile en un mouvement nostalgique.

43. "Griselda" - présenté par Marlene Streeruwitz, écrivain

"Je ne peux parler que de mon projet "Griselda". Mon roman "Nachkommen" ("Descendants") et la suite "Die Reise einer jungen Anarchistin in Griechenland" (Voyage d’une jeune anarchiste en Grèce), tous deux parus en 2014, s’inscrivent déjà dans cette démarche. L’initiative sera accompagnée d’une collecte de fonds en vue de soutenir des projets de femmes. Mais pour cela, il faut d’abord s’assurer que l’argent arrive à bon port en Grèce. "Griselda" est un projet de recherche artistique visant à montrer la part de soumission qu’il y a derrière nos valeurs culturelles et identitaires que nous vantons tant. En 2015, une étude autobiographique intitulée Fabrics of my Life axera cette recherche sur mon cas personnel tout en ayant une portée universelle. Ce projet pose une fois de plus la question du manque et montre en quoi le manque, maquillé en trop-plein, peut être une spoliation." - Marlene Streeruwitz, écrivain 

44. "Hendo Hoverboard"

Dans le deuxième volet de la trilogie de science-fiction "Retour vers le futur", Marty McFly parcourt les rues de Hill Valley sur un hoverboard. L’Américain Greg Henderson s’est inspiré de ce film pour créer le "Hendo hoverboard", qui permet de se déplacer à moins de trois centimètres du sol. Pour un premier vol d’essai, il a invité Conor Dougherty journaliste au New York Times. Pour le moment, le Hendo hoverboard ne fonctionne que sur une surface métallique. Sur le site Kickstarter Greg Henderson collecte depuis peu des fonds pour améliorer son skateboard futuriste. Riches amateurs de science-fiction, faites un don !

45. "Viridis"

La frontière entre jeu vidéo et action concrète est désormais rompue. Avec "Viridis", le collectif Art-Act propose un univers dont l’exploration influe sur une entreprise réelle : en l’occurrence, une ferme à spiruline – une algue utilisée comme complément alimentaire. A la manière du célèbre Myst, le joueur se déplace en vue subjective dans un monde photoréaliste, où il devra résoudre de petites énigmes. Mais la force du concept Viridis réside dans sa partie communautaire : chaque point d’expérience engrangé par le joueur lui permet de prendre part à un processus décisionnel, pour la gestion de la ferme. Une manière ludique de révéler votre main verte.

46. Imprimante de tatouage

Pendant que leurs camarades dessinent des vêtements, des lampes, des sièges ou des bijoux, trois élèves de l’Ecole nationale supérieure de création industrielle (ENSCI) révolutionnent l’art du tatouage dans le cadre de leur projet de fin d’études. Ils ont bidouillé une imprimante 3-D de manière à ce qu’elle dessine des motifs parfaits sur la peau. L’aiguille remplace l’extrudeuse de l’imprimante. Par le biais d’un capteur, elle reçoit des informations sur la peau et adapte son dessin en conséquence. Le résultat parle de lui-même : l’imprimante de tatouage est plus précise que l’homme. De plus, elle permet de tatouer toutes les zones du corps.

47. "Long Distance Art"

Un artiste, deux robots, trois villes. Alex Kiessling, un Autrichien de 33 ans, réalise un dessin à Vienne, tandis que deux machines de 300 kilos en effectuent simultanément une copie à Berlin et à Londres. L’artiste a utilisé un capteur infrarouge pour enregistrer les mouvements de son crayon et les envoyer par satellite aux deux robots installés à Trafalgar Square et à Breitscheidplatz. Avec son "art longue distance", Alex Kiessling aborde la problématique de la reproduction d’œuvres d’art, célébrée en son temps par Andy Warhol.

48. "Kit Bike"

A l’avenir, le vélo ne sera plus seulement un mode de transport sportif, écolo et tendance, ce sera aussi un accessoire chic et pratique. Le tout nouveau "Kit Bike" est un modèle minimaliste fabriqué par la société indienne Lucid Design. Ses vingt et une pièces se démontent facilement et se rangent dans un sac en cuir.

49. Les "Voisines Viennoises"

Des migrantes intègrent des migrantes. C’est le concept du projet les "Voisines Viennoises", mis en place par Christiane Scholten, médecin, et Renate Schnee, assistante sociale. Comme les Autrichiennes se heurtent souvent à des barrières linguistiques et culturelles, des femmes qui ont elles-mêmes quitté la Turquie, le Soudan, l’Egypte, la Somalie ou la Tchétchénie pour vivre à Vienne doivent soutenir leurs compatriotes au quotidien en leur rendant visite chez elles, en les accompagnant chez le médecin, aux réunions de parents d’élèves ou dans les démarches administratives et ce, durant huit à douze semaines. "L’objectif est de gagner la confiance des familles et de les intégrer au sein de notre société", explique Renate Schnee. Le projet est financé par le biais du crowfunding (financement participatif). D’ores et déjà, treize voisines ont pu être embauchées à temps partiel. Le premier stage débutera la semaine prochaine et permettra aux femmes intéressées de se former à la couture.

50. "The Ocean Cleanup"

Nettoyer les océans ? Ça n’a plus rien d’ambitieux. Un jeune néerlandais de 20 ans, Boyan Slat, a imaginé un dispositif de grande envergure pour débarrasser les océans des déchets plastiques. Un système constitué de barrières flottantes, orientées en V, qui permet de rassembler les détritus en utilisant les courants marins naturels. En juin 2014, une étude technique certifie la faisabilité de son projet : sa première campagne de financement participatif lui a en effet permis de s’entourer d’une centaine de scientifiques, à travers le monde.

A lire aussi :
Les idées de l'année 1-10 : carburer au café, Edward Snowden et un blaireau twitteur
Les idées de l'année 11-20 : lampe solaire, insecte-drone et un outil de décision en crowdsourcing3
Les idées de l'année 20-30: robots pour enfants, l'Anthropocène et un logiciel de diagnostic psychiatrique
Les idées de l'année 30-40: un designer de crèmes glacées, une île en plastique et un parapluie à air

Crédits :
Production vidéo : Martin Dunkelmann. Musique : https://soundcloud.com/akia. En coopération avec ZEIT Online.

Commentaires (0)

Les plus vues de la semaine