L’actualité de Libé illustrée avec des oeuvres d'art contemporain

Les coulisses de Libération

4 min

En ce jeudi 24 octobre, jour d'ouverture de la FIAC (Foire Internationale d'Art Contemporain) à Paris, NonPrintingCharacter invite de nombreux curateurs à illustrer avec des oeuvres d'art contemporain des articles du quotidien national français Libération.
 

NonPrintingCharacter, l’art comme point de vue
NonPrintingCharacter s’efforce de sortir l’art contemporain des contextes d’exposition ou de critique pour le faire résonner dans le contexte plus vaste et plus accessible de l’actualité. Saisissant à la lettre la fameuse maxime de Robert Filiou « L’art est ce qui rend la vie plus intéressante que l’art », NPC fait surgir dans le flux incessant de l’information politique, sociale, économique, sportive, scientifique ou culturelle, des œuvres et des artistes. Lancé sur Twitter par Alexis Jakubowicz et Jean-Brice Moutout, NPC souhaite montrer à ceux qui s’en tiennent éloignés, par pudeur ou défiance, que l’art contemporain n’est jamais déconnecté de la réalité, mais au contraire, en prise permanente avec la vie et les idées.

Présent sur ARTE Creative chaque semaine depuis mai 2013, NonPrintingCharacter s’invite à l’occasion de la FIAC dans le journal Libération. Près de vingt curateurs français et internationaux ont été invité à choisir, en fonction de leurs propres univers et sensibilités, des œuvres pour illustrer les articles du journal. Ainsi l’art contemporain plus que jamais offre un point de vue sur la marche du monde.

Les curateurs invités
Jean de Loisy - Directeur du Palais de Tokyo (Paris)
Xavier Franceschi - Directeur du Frac Ile de France
Stéphane Corréard - Directeur du Salon de Montrouge
Mathieu Copeland - Commissaire indépendant
Marc-Olivier Wahler - Directeur de la Chalet Society
Vincent Honoré - Directeur de la David Roberts Art Foundation (Londres)
Julien Fronsacq - Commissaire au Palais de Tokyo (Paris)
Judith Souriau - Commissaire indépendante
Gallien Déjean - Commissaire au Treize (Paris)
Laetitia Chauvin - Commissaire indépendante
Gaël Charbaud - Commissaire indépendant
Clément Dirié - Commissaire indépendant
Jennifer Flay - Directrice de la FIAC
Jill Gasparina - Directrice de la Salle de Bain (Lyon)
Samuel Gross - Directeur de la Fondation Speerstra (Apples, Suisse)
Albertine de Galbert - Directrice du réseau artesur.org
Beatrix Ruf - Directrice de la Kunsthalle de Zurich
Nicolas Bourriaud - Directeur de l’Ecole des Beaux-Arts de Paris
Hans Ulrich Obrist - Co-directeur de la Serpentine Gallery (Londres)

Cette semaine : NPC#15 : l’expulsion de Leonarda à travers une œuvre de Héctor Zamora

Héctor Zamora, Reductio Ad Absurdum, 2012

Le 9 octobre, les forces de l’ordre montent dans un car scolaire et prient une collégienne de les suivre. Leonarda Dibrani est rom, elle a 15 ans, elle est scolarisée en 3e. L’adolescente est prise en charge par la police et rejoint sa famille, soumise à l’obligation de quitter le territoire français. L’incident survenu dans le Doubs, surgit immédiatement sur la scène nationale. De nombreuses associations d’abord, une partie de la gauche ensuite, s’opposent au ministre de l’intérieur. Face aux accusations, Manuel Valls affirme que "toutes les procédures administratives ont été respectées". Au gouvernement, le ministre de l'Education, appelle à "sanctuariser l'école". Les lycéens se mobilisent et le 19 octobre, après cinq jours de polémique, François Hollande justifie l’expulsion en précisant que "si Leonarda souhaite poursuivre sa scolarité en France, un accueil lui sera réservé" à elle et à elle seule.

Ce n’est pas tant aux faits qu’aux effets que s’accorde l’œuvre de Héctor Zamora." Reductio Ad Absurdum", littéralement "réduction à l’absurde", est ensevelie de l’intérieur par des tonnes de terre extirpée au désert de Sonora, au Sud des Etats-Unis. Installée dans un musée d’Arizona par un artiste mexicain, l’œuvre a tôt fait d’être associée à la précarité des migrants qui montent du Nord au Sud. L’image est tout aussi habile à réciter la fable politique et sociale qui s’écrit sur le prénom de Leonarda. C’est la chronique d’un débordement qui, appuyé sur des faits parfaitement établis et tristement banals, nourrit malgré elle la stigmatisation d’une communauté. La caravane alors, loin du désert américain, devient celle des roms ou des gens du voyage qui s’agglomèrent à la périphérie des villes. D’où qu’ils viennent, les voici associés à ce chantier sur roues, débordé de toute part. L’absurdité ne les cueille pas toujours chez eux, elle peut aussi monter à bord d’un car de collégien.

Crédits
Reductio Ad Absurdum, Héctor Zamora, 2012
Installation: travel trailer, rock and sand native to arizona
variable dimensions
© Scottsdale Museum of Contemporary Art - Courtesy Luciana Brito, São Paulo
Representée par : Luciana Brito
 

Tous les numéros de NonPrintingCharacter
 

Liens 
 Luciana Brito Galeria à la fiac
 Héctor Zamora
NonPrintingCharacter
Le site de Libération
NonPrintingCharacter sur ARTE Creative
 

Manifestation
FIAC (Foire International d'Art Contemporain)
du 24 au 27 octobre 2013
à Paris

Réactualisé le

24.10.2013

Vues

1 060

Commentaires

Ajouter un nouveau commentaire