les-filles-aux-manettes-1340px.jpg

Les filles aux manettes

7 épisodes

Il est temps de réviser quelques clichés ! L’époque où les jeux vidéo n'intéressaient que votre grand frère est révolue. Aujourd’hui, il y a au moins autant de joueuses que de joueurs et elles ne s’intéressent pas qu'à Candy Crush ou FarmVille ! Avec Les filles aux manettes, plongez en 6 épisodes dans un univers pixélisé pas si rose que ça.

Description

Bon, à première vue, c'est sûr, les héros des jeux vidéo sont majoritairement masculins.
Et quand ils existent, les personnages féminins sont très souvent réduits à des rôles stéréotypés : princesse en détresse, nana sexy qui n'a de fonction que d'être sexy justement, bombasse à gros biscottos qui sait se battre comme un mec...

Oui, le jeu vidéo est, sans surprise et comme beaucoup d'autres, un univers masculin et sexiste. Entre des développeurs qui fantasment une cible de joueurs uniquement masculine (et hétérosexuelle) et des petits génies du marketing qui ont inventé des jeux "pour filles" rose bonbon, les filles parviennent à jouer des coudes et des pouces, pour revendiquer leur place en tant que joueuses et en tant que designeuses.

En 6 épisodes, Les filles aux manettes leur donne la parole pour une plongée dans un univers pixélisé pas si rose que ça. Une websérie documentaire à voir sur ARTE Creative !

Auteure :

Sonia Gonzalez est journaliste et réalisatrice. Passionnée par les questions féministes, les contre-cultures et l'histoire du rock indépendant, elle participe en 2013 à l'écriture du documentaire Princesses, Pop Stars & Girl Power, réalisé par Cecile Denjean. En 2015, elle réalise son premier 52 minutes, Riot Grrrl, quand les filles ont pris le pouvoir, (ARTE) accompagné de la websérie Des Filles et des Zines pour ARTE Creative.

Liens :
• Jouer aux jeux de Nina Freeman
• Jouer à dys4ia d'Anna Anthrop
Winnie Song
Festival A-MAZE à Berlin
Anita Sarkeezian

#LesFillesAuxManettes

Fiche technique

Auteure-Réalisatrice  : Sonia Gonzalez
Production : Point du Jour
Identité visuelle et habillage : Audrey Janvier